Story Time : Mon accouchement.

Yooo !

Aujourd’hui, on est le 10 février !
Lulu a deux semaines aujourd’hui et c’est aussi la date prévue d’accouchement. Du coup il est grand temps que j’te raconte comment s’est passé mon accouchement.

A cause de mon diabète de grossesse, je me retrouve a faire une echo de controle le 28 janvier : verdict Lulu le gros cul pèse plus de 4kg et 54cm. Un gros machin.
La SF me dit même «bah dis donc elle a bien profité ce dernier mois, elle a un gros bidou», je rigole et jme dis «mdr comme s’mère»
La SF me dit «on passe aux urgences voir ce qu’en pense le gynécologue»
–> Après quelques minutes d’attente «bon madame, on fait un ptit examen, je fais un décollement des membranes et on vous book pour un declenchement demain»

Ah bah okay, chucho ! Je saute de joie sur ma chaise : YES ! Je ne dois pas tenir encore 15 jours wouhouuuuuu
(Ndlr : je n’ai absolument aucun soucis avec le fait d’être déclenchée ou d’avoir une césarienne, l’accouchement en lui même n’est pas «important» pour moi, je veux juste que Lulu sorte en bonne santé ! Et j’avoue qu’après toutes les péripéties de grossesse, je suis bien contente haha)

Le décollement des membranes :
J’ai demandé a ce qu’on m’explique exactement ce que c’était pcq avec toutes les horreurs que j’ai entendu à ce sujet, j’avais un peu les petoches. Ce que j’ai annoncé clairement a la SF : j’ai un peu peur, est ce que vous pouvez m’expliquer ce que vous faites ?
–> N’hesite pas a verbaliser tes peurs, tes appréhensions auprès de l’équipe médicale, c’est le meilleur moyen pour pouvoir être le plus detendue possible et de vivre les choses de manière smooth tavu

Donc elle m’explique ce qu’elle va faire avant, et elle explique ce qu’elle fait pendant ! Top, je savais a quoi m’attendre, Edouard me tenait la main et on continuait a discuter avec la SF et lui pour que je me concentre sur autre chose.

Je précise que pour avoir un décollement des membranes, il faut que le col soit favorable : mou, raccourci et dilaté a 1cm, voir 2 !
Moi j’étais a 2cm large, donc complètement opé pour la manoeuvre.

Bon, jte le dis, c’est franchement pas agréable DU TOUT, mais loin de ce que j’avais pu lire en mode «omagaaaad c’est horrribleuh, ça fait trop mal blablabla». Tu souffles bien pendant l’acte en te detendant au max et ça passe crème ! Ça dure moins de deux minutes et c’est fini.

On m’explique que je risque d’avoir des p’tits saignements style fin de règles, que c’était pas grave et que si j’ai de la chance (comme les 25% de femmes dont le décollement fonctionne) le travail se mettra en route tout doucement dans la soirée ! Mais que de toute façon, rdv 8h le lendemain pour le VRAI accouchement héhé !

J’ai effectivement eu ces p’tits saignements, ce qui ne m’a pas étonné pcq a chaque examen du col j’ai toujours saigné un ptit peu.
On rentre a la maison avec Ed, et on est tout contents «demain on est papa et maman Esthouard» !

Je commence a avoir des contractions, bon rien qui me choque non plus puisque j’en ai depuis un moment, donc je decide de faire a manger tranquillou, de manger et d’aller prendre un ptit bain posey pour me detendre !
Je sens quand même que ça travaille la dedans.
Je ressens mes contrax dans le dos, comme des douleurs aux reins que tu peux avoir pendant tes règles, tu vois de quoi ça s’agit ?
Je sens aussi que Lulu sait que c’est la fin, puisque elle me fait une Megateuf (t’as choppé la ref ou quoi ?!» dans le bide ! Ça faisait longtemps qu’elle m’avait pas fait de gigotage comme ça !
Et jte laisse deviner ce que ça fait un bébé de 4kg qui bouge comme un asticot avec des contractions qui commencent a etre costaud : un bonheur mdr

A l’heure où je t’écris cet article il est 21h40 et ça fait 5h qu’on m’a décollé les membranes, et je sens que ça bosse ! Les contractions sont presentes, mais largement supportables, la preuve j’arrive à t’ecrire en direct ce qu’il se passe  haha
Après, jsuis pas vraiment de nature douillette, je suis plutôt resistante a la douleur et surtout j’ai pas peur !
Jpense que ça joue énormément, ne pas avoir peur, ça me permet d’etre bien detendue du fion et de ne pas me crisper pendant les contrax !
Non seulement dans ta tête t’es mieux, mais en plus ça aide a rendre les contractions plus efficaces : tout l’oxygène va dans ton uterus plutôt que dans les jambes (reflexe de la peur, l’organisme pompe tout dans tes jambes pour que tu puisses courir vite, c’est bien fait hein ?!)
et du coup bah le gars il travaille mieux !

Vient la phase du «au secours j’en peux plus»
Il est 2h30 et les contrax sont grave douloureuses, je reveille Ed et je lui dis que j’ai besoin d’aller a l’hôpital pcq j’ai vraiment très mal.
Du coup il s’exécute, je souffle, je grimace en m’habillant, pouloulou jte le dis ces contractions la, c’est des vraies.
Genre ça me prenait dans le dos #uterusretroversé et franchement sur mon echelle de la douleur, on etait bien a un 6,5/10
Donc on arrive a l’hosto, monito et examen : toujours a deux mais pcq le col n’est pas effacé, si il l’etait j’etais a 4cm. On m’admet quand même pcq officiellement je suis en travail ! Du coup pas de déclenchement demain, j’ai bien bossé toute seule !
Bon okay, je m’en vais marcher on va faire bouger ce col, jte le dis !
40min de marche plus tard, le col ne s’est pas modifié ROOOOOH PUTAAAAAIN.
On me propose de redecoller les membranes un chouilla plus et de faire du ballon et la miracle, une heure après le ça s’est raccourci : on passe en salle de naissance ouiiiiiii !

J’arrive en salle de naissance, on m’annonce que vu mon stade et vu la douleur, je peux avoir ma péridurale tout de suite parce que de toute façon on va m’aider avec un peu d’hormones pcq sinon ça va etre beaucoup trop long et douloureux !

Et ça a été long… très long. Mon travail a duré en tout 21h.

Mon col se modifiait à 1cm par heure, tout allait bien, jusqu’à ce qu’il décide de rester kéblo à 9cm. La frustration extrême haha.
On est bien restés comme ça pendant 3-4h, mais bon la péri était la, je la dosais tranquille, j’avais les sensations mais pas la douleur. Jusque là tout va bien, mis à part la fatigue, la faim et le fait que c’etait très long. A ce moment là, j’ai eu la larmichette, parce que j’en pouvais plus d’attendre, j’avais pas dormi depuis la veille, du coup petit craquage de larmes. Un câlin avec Ned, le sage femme qui me boost un peu en me disant que c’est pas grave, que je vais y arriver, et qu’avec toutes les hormones que j’ai dans mon corps en ce moment, c’est NORMAL de pleurer et qu’il fallait que je laisse sortir tout ça.

Puis ça y’est, le col est à 10, complètement effacé, on laisse trois heures à Lulu pour descendre dans le bassin ! YES ! Ça faisait juste 19h qu’on était à l’hôpital, on commence à voir le bout…
Puis en fait, Lulu ne à s’etait pas placée correctement, la tête était pas bien engagée, elle etait en position «transverse» comme on dit dans le métier. Tu sais le mot que tu connais et que tu redoutes, un peu comme «siège» ou «césarienne».
Du coup le Sage Femme, m’explique qu’il va faire une manœuvre, qu’avec la péridurale je n’aurai pas mal, mais que c’était spécial comme sensations. Okay, pas de problèmes tant qu’on m’explique ce qu’on me fait et pourquoi, je ne suis opposée à aucun acte médical si il est nécessaire !

BON JE TE PRÉVIENS TOUT DE SUITE, C’EST UN PEU HARD CORE, DONC ÂME SENSIBLE S’ABSTENIR.

Alors voilà, on est parti, je sens que le SF fait entrer sa main jusqu’à la moitié de son avant bras  dans ma foufoune et choppe la tête de Lulu pour la tourner a la mano haha
Ah c’est spécial, mais zéro douleur ! (Béni sois-tu l’inventeur de la péridurale).
On refait une p’tite écho, et bingo ça a marché elle est dans le sens !
On me dit on check tout ça dans une heure, pour voir comment ça avance et on augmente le synto dans ma perf pour rendre les contractions plus fortes et faire descendre la poulette !
On me met dans une position chelou qui favorise la descente dans le bassin, la position toboggan haha, et puis… on attend hein.

Puis la, je sens que la péridurale s’estompe. J’ai peu appuyer sur la pompe, l’analgésie fonctionne de moins en moins. La douleur revient petit à petit…
Je ne stresse pas, j’essaye de me détendre au max et de ne pas lutter contre la douleur, parce que pendant la préparation a la naissance, on m’avait expliqué que plus on se crispait moins les contractions étaient efficaces, du coup on y va tranquille, on souffle et on respire bien pour oxygéner au max l’uterus !

On revient checker l’avancement, Lulu descend mais pas assez vite. Fait chier. On m’explique que pour l’instant on ne s’inquiète pas, il reste deux heures et que Lulu est une championne du monde, qu’elle supporte les contrax comme jaja, mais comme j’ai demandé pendant mon entretien pré-natale qu’on m’explique toutes les éventualités, on m’annonce donc que si dans une heure ça ne bougeait pas plus, on commencerait à parler d’une césarienne. Okay, pas de soucis non plus. Tout ce que je veux, c’est que Lulu naisse en bonne santé, on fera ce qui est le mieux pour elle.
On augmente encore la dose de Synto.

Et puis une demi heure plus tard, la péri ne parvient plus à passer au dessus de la douleur. Je sens TOUT. Ça y’est. J’appuie sur la sonnette, je dis au Sage femme, que j’en peux plus que je sens que j’ai besoin de pousser. Il me dit, «okay pas de soucis on s’installe, si vous avez trop mal c’est que c’est l’heure.»
Je suis prise de nausées, je dis a Edouard «j’ai envie de vomir, vite», il a juste le temps de chopper un haricot, et je vomis tripes et boyaux.
La douleur m’a complètement retourné l’estomac.
Je suis passée de contractions de début de travail qui étaient tout à fait gérables, à des contractions d’accouchement imminent (des contrax de 1min30 environ espacées toutes les minutes). J’te le dis, c’était intense comme truc.

On s’installe pour pousser, Edouard me dit que j’ai du pousser un p’tit quart d’heure. Ça m’a paru des années.
Après, le SF me dit que je pousse vraiment bien, mais j’ai du m’énerver sur moi même un peu.
Un peu en mode «kaméhameha» haha.
J’ai réussi a faire descendre Lulu dans mon bassin rien qu’avec ma poussée. Elle est tout près de la sortie !
Je te le dis, c’était LA pire douleur que j’ai pu ressentir de ma vie. Je n’ai pas trouvé que l’accouchement était un moment beau, le plus beau jour de ma vie blablabla. J’ai trouvé ça d’une violence extrême, et j’en ai beaucoup pleuré après coup parce que j’en ai été traumatisée de cette douleur.
Lulu était juste la, fallait donner un dernier petit coup de collier pour lui faire passer la symphise pubienne (tu sais celle qui m’a bien emmerdé le dernier mois de ma grossesse, la sensation de coup de pieds dans la foufoune la).
Je pousse, je grogne en mode vener, j’entends le SF me dire «OUI ! c’est parfait ça !» et la tête est dehors. On attend la prochaine contractions, entre chaque je me mets en sophro, j’entends plus rien, je ne vois plus rien, et dès que je sens que la prochaine arrive, je pousse.
Ça y’est l’épaule est passée, on me dit «ça y’est elle est là», on me pose ce petit corps tout chaud et tout mouillé sur moi.

Je tourne la tête vers Edouard. Je le vois avec un sourire jusqu’au oreilles.
On lui demande si il veut couper le cordon, il se met a sangloter et répond «je sais pas». Trop d’émotions. Au final, il seche ses larmes, coupe le cordon et me dit que j’ai été parfaite.
A ce moment la, je suis vidée. J’ai mon bébé sur moi, elle pleure. Mon mari est a côté de moi, il pleure. Et moi je suis la, avec absolument aucune émotion. Ça a même fait un peu peur a Edouard.
Depuis qu’on m’a posé Lulu sur le ventre, je n’ai pas lâché un seul mot, j’ai a peine regardé mon bébé. Jte dis la douleur m’a choqué, vraiment.

5min après que Lulu soit sortie, on me dit «poussez un peu pour placenta», il sort. Apparemment il est beau, il est tout rose, apparemment c’est grace au diabète. Ah bon, bah très bien haha.
On regarde un peu les dégâts. Le SF est sur le cul, tout est intact. Il y a juste des p’tites déchirures superficielles de la peau, un peu comme des vergetures de foufoune haha. On me fait 4 points par acquis de conscience.
Bon j’ai un bel oedème au perinée, mais il est intact ! Hallelujah.
Il me dit qu’avec un bébé pareil, c’est incroyable qu’il n’y ait rien. (Oui 4 points, c’est rien du tout)

Lulu pleure toujours, et la l’instinct maternel arrive, je la berce en lui chantant des chansons.
Elle a du mal a se calmer, elle aussi elle vécu l’accouchement, mais elle est en super santé.
La puéricultrice m’aide à la mettre au sein, mais Lulu a un trop gros chagrin, elle n’y arrive pas.
Du coup, on exprime mon colostrum a la main et on lui donne à la seringue, puis on la pèse on vérifie que tout va bien et on l’habille
On reste dans la salle de naissance 4h, il y a eu une césarienne en urgence, du coup on est restés plus longtemps que prévu…
On monte enfin dans notre chambre, j’ai ma fille dans les bras, elle est tellement belle. Je suis exténuée mais heureuse et fière d’avoir réussi.

Et voila Lulu est née.
Le 29 janvier 2019
A 22h01
3kg890
51 cm.

Esther.

9