Story time : Mon allaitement.

L’article que tu vas lire aujourd’hui va certainement te paraître un peu décousu, mais ne t’inquiète pas, tu vas vite comprendre…

Yoooo !
Maintenant que je suis en plein dedans, je peux venir vous en parler : l’allaitement.

Alors oui, c’est clair c’est naturel. Mais bordel c’est franchement pas inné !
Ni pour toi, ni pour bébé. (Alors qu’on m’avait assuré pendant ma grossesse aux différents ateliers sur l’allaitement, que bébés lui saurait faire, c’est instinctif)

Dans mon cas, c’est Lulu qui sait pas faire. Pourtant physiquement, tout est parfait : elle fait la grande bouche, elle attrape correctement le sein, son frein de langue n’est pas trop court, mais non, elle sait juste pas faire.
Après avoir passé deux jours a exprimer mon colostrum et de lui donner a la p’tite cuillère, j’ai dit stop. Il fallait que je trouve un truc pcq ma puce avait perdu 230gr en une journée. On m’a proposé un supplément de lait artificiel le temps que la montée de lait se face, tout en me disant de continuer a faire ce que je faisais et d’utiliser le tire lait a chaque fois que je donnais un bib a Lulu ! (Eh ouais dans ma mater ils sont vraiment top 😍)

Une fois que la montée de lait est arrivée, j’ai ré-essayé de mettre Lulu au sein : echec !
Vous allez dire «ouais confusion sein/tétine machiiiin» mais ma fille perdait du poids au lieu de reprendre, il fallait bien faire qqch !
Alors j’ai essayé différentes techniques comme mettre un bout de sein en silicone par exemple : ça ne fonctionne pas pour Lulu, ça ne va pas assez vite pour elle (madame est gloutonne)
J’ai aussi essayé de tirer mon lait et de lui donner au bib : et la bingo, ça marche !
Lulu a cinq jour et me dégomme des bibis de 80ml de MON lait.

.

Alors les mamans allaitantes, ne culpabilisez pas si l’allaitement au sein ne fonctionne pas, y’a d’autres options qui se présentent pour vous, parce que bon l’important, c’est que votre bébé ait votre lait, la façon de lui donner c’est un détail 👌 Et si ça ne fonctionne vraiment pas pour vous, donner un biberon c’est tout aussi bien aussi ! On revoit les priorités : le but est de nourrir son enfant, non ?

Cet article, je l’ai écris il y a trois mois. Je n’ai jamais pris le temps de le poster… Et en trois mois il s’en est passé des choses.
Du coup, je trouvais qu’il était important de le mettre en ligne, pcq aujourd’hui ça fait 3 mois que j’allaite.

La fin du tire-allaitement.

Malgré le fait de m’être lancée dans le tire-allaitement, je n’étais pas complètement résignée. Avoir des TDA c’est aussi avoir des lubies foudroyantes qu’il faut à tout prix maîtriser, et la ma lubie c’était l’allaitement de ma Lulu.
Ça plus mon esprit de contradiction qui voulait faire fermer leur g**** aux «tu verras si tu auras du lait» «si ça se trouve tu n’aimeras pas» «t’allaitera jamais plus de 6 mois, t’en auras marre avant», je DEVAIS réussir.

.

Alors j’ai clairement activé le mode machine de guerre, et j’ai pris le problème à bras le corps.
On laisse la nature reprendre ses droits : peau à peau, portage toutes nues, bains à deux, donner le biberon en peau à peau, ne pas se laver avec des savons qui sentent, pas de parfum et laisser les cheveux détachés le plus souvent possible.
Et surtout, essayer tout les jours de la mettre au sein après un p’tit biberon. Si elle crevait la dalle clairement c’était pas possible, alors qu’après un p’tit «apéro», elle était dans de meilleures dispositions.

Puis un jour, pendant le bain toutes les deux, MIRACLE, je la mets contre moi et elle attrape mon sein toute seule et se met à téter. J’étais tellement fière putain.
Je n’ai même pas appelé Edouard, j’ai profité de cette toute première tétée.
Il est arrivé dans la salle de bain et me voit avec Lulu au sein et me dit «bah qu’est ce qu’il s’est passé ?! Je pars 5min et elle y arrive !»

Première tétée

Et c’est comme ça que l’allaitement à commencé. Un mois après la naissance.

Du coup, je me dois d’encourager les jeunes mamans qui galèrent avec l’allaitement et qui sont à deux doigts d’abandonner : ne lâchez rien, vous allez y arriver ! J’ai réussi, alors il n’y à aucune raison que ce ne soit pas le cas pour vous !
Faites vous accompagner. Edouard a été d’une grande aide pour qu’on puisse réussir cet allaitement, il me préparait Lulu avant chaque essai de tétées en changeant sa couche et en enlevant son pyjama. Toujours là, à nous encourager et on a réussi !

Cet article, je le dédie à ma copine Bénédicte qui a voulu de ton son cœur allaiter, mais qui n’a pas réussi à continuer. Et ça, c’est une belle preuve d’amour : savoir dire STOP à quelque chose qui ne nous convient pas, et pouvoir lâcher du lest pour être la meilleure des mamans pour son bébé.
Et si ça passe par l’arrêt de l’allaitement, eh bah tant pis ! Vaut mieux donner un biberon avec le sourire, que le sein avec les larmes.

Courage à toutes, c’est dur mais pas impossible !

.
5